The Reef (2010)

1 h 27 min | Drame, Horreur, Thriller | 15 mai 2010
Note
8/10
Notez ce film :
Nul !Très mauvaisMauvaisPas terribleMoyenPas malBonTrès bienExcellentChef d'Oeuvre (18 votes, moyenne 8,28 sur 10)
Loading...
Cinq amis naviguant dans les eaux australiennes font naufrage et doivent choisir entre rester sur la coque du bateau, au risque de ne pas être trouvés, ou nager pour rejoindre la terre ferme, au risque de rencontrer des requins…

« The Reef » est réalisé par Andrew Traucki qui semble ici reprendre les trames qu’il avait mises en avant dans le scénario du très bon film de crocodile « Black Water« … mais avec un requin ! Cette fois-ci, le réalisateur australien va nous embarquer à bord des mésaventures d’une bande d’amis partis en ballade sur un voilier qui se voit s’échouer sur un récif. Après avoir pris la décision de partir à la nage en direction d’une petite île, le groupe est pris en chasse par un requin blanc. « Basée sur des faits réels », la péloche de Traucki nous rappelle déjà un autre film, hein ?

Quelle est donc la différence avec « Open Water » me direz-vous ? La réponse : la nage. La nage, car au lieu d’attendre bêtement un hypothétique secours, la bande d’infortunés se décide à nager en plein large en direction d’une petite île, l’île de la tortue, refuge salvateur à une petite dizaine de kilomètres du lieu du naufrage. Une idée farfelue, me direz-vous ? A priori oui quand on sait que le film va s’axer sur des attaques de requin, mais Andrew Traucki va opter pour un traitement volontairement réaliste de l’histoire, si bien qu’il a réussi par là-même à se distinguer des autres films de genre. Et c’est ce traitement-là qui va donner toute sa singularité au récit.

De ce fait, quand le petit groupe décide à l’unanimité de partir à la nage vers l’île de la tortue (après avoir pesé le pour et le contre au fil des tergiversations), on sent que chacun est conscient des dangers encourus (noyade, fatigue, soif, peur de dériver…) et que l’idée d’une attaque de requin est elle-même prise en compte, mais ne sera pas pour autant mise en avant de manière inéluctable. Et même si le spectateur sait qu’un requin va pointer le bout de ses dents affûtées, Andrew Traucki ne lui impose pas d’une manière brute comme une fatalité, à la différence d' »Open Water ». Premier bon point, donc.

Deuxième bon point : la construction narrative. Elle va d’abord nous présenter les personnages avec leurs défauts et leurs qualités de façon à ce qu’on puisse s’y attacher et s’identifier – un peu comme dans « Wolf Creek« . Ici, point de bimbo blondasse surlookée avec un QI de poule, de capitaine de l’équipe de foot débilo-biérophile (avec un QI de coq) ou de premier de la classe binoclard et boutonneux. Non, on a juste affaire à une bande soudée de vrais amis, qui décident de faire une sortie en bateau et qui vont se trouver au cœur d’une situation difficile qu’ils ne vont pas maîtriser mais qu’ils vont s’efforcer de surmonter. Et lorsque la décision est prise de partir à la nage vers un refuge salvateur sous la direction de Luke (Damian Walshe-Howling impeccable qu’on avait déjà vu dans « Insignia ») avec peu de moyens (de l’eau, un seul masque, une palme et une planche), on n’aura pas droit à de crise d’hystérie générale ou chacun rejette la faute sur l’autre ou de situation bravache. Non, le groupe est soudé, tout le monde se fait confiance, tout le monde est solidaire pour braver le(s) danger(s) car le but c’est de survivre.

A ce titre-là, il faut avouer que les acteurs sont tout bonnement parfaits ! Car en plus d’avoir été tourné en milieu naturel et avec de vrais requins pour renforcer le côté réaliste, le film a à son avantage une galerie de personnages parfaitement crédible. On sent que la petite bande est vraiment restée dans l’eau et a réellement nagé pendant des heures ! Il n’y a qu’à voir le visage livide et marqué d’Adrienne Pickering (« Prédictions ») dans la deuxième partie du film, pour s’en rendre compte… Au fil de leur (més)aventure, l’idée du requin va devenir de plus en plus prégnante et prendre le pas sur le risque de noyade. Ainsi sur cette mer d’huile, on va apercevoir furtivement une forme au loin (un dauphin ? une baleine ? une tortue ? un squale…?) et la pression va commencer à monter pour le groupe d’amis (et pour le spectateur par la même occasion). Le tour de force d’Andrew Traucki sera justement d’entretenir une dynamique stressante et nous laissant entrevoir le requin sans jamais réellement le montrer : Luke utilise un petit masque pour regarder sous l’eau afin d’essayer de voir un hypothétique danger – qui devient de plus en plus inéluctable cette fois-ci -, mais la buée sur le masque ou les eaux très profondes et noires ne permettront pas de véritablement l’appréhender. Pour le coup, la présence du requin va lui permettre de devenir un « personnage » à part entière au même titre qu’une mer de plus en plus hostile.

De plus, on sent que les naufragés sont privés d’un des sens le plus important : la vue. Et en plus de ne pas être dans son milieu naturel (le plancher des vaches), l’Homme (avec un grand « H ») va être ramené à son état le plus primaire : un maillon de la chaîne alimentaire dans un milieu qui n’est pas le sien. Bref, une proie sans défense.

Et lorsque le requin se fera de plus en plus présent autour de la petite bande – on le voit tourner autour d’elle -, Andrew Traucki aura l’intelligence de le présenter lui aussi d’un point de vue réaliste : comme un prédateur en chasse. Ainsi, loin de s’attaquer bêtement à tout ce qui bouge à la façon d’un « Shark Attack », d’être d’une intelligence supérieure – avec un don d’ubiquité – comme dans « Megalodon » ou comme dans « Jaws » (la fameuse attaque de l’hélicoptère et des défonçages de bateaux à coups de tête), le requin va prendre le temps de « flairer » sa proie, d’en faire le tour (en faisant des ronds de plus en plus serrés) afin de savoir à « quoi » il a affaire. On sent que Traucki s’est renseigné sur les habitudes du prédateur et qu’il le présente tel qu’il est : dangereux lorsqu’il est en chasse ou inoffensif voire même placide lorsqu’il n’est pas affamé.

Et à partir du moment où les naufragés savent qu’un requin tourne dans les parages, la peur s’empare d’eux, l’éventualité de l’attaque devient omniprésente, lourde même, mais le groupe continue toujours d’avancer car le but reste le même : survivre. En effet, même si les personnages sont mis dans une situation qui ne souffre d’aucune marge de manœuvre (il faut continuer à avancer pour voir enfin l’île de la tortue), il y a toujours cette once d’espoir qui va les encourager à continuer… et par la même à faire monter la pression !

Ainsi, si le spectateur se demande quand est ce que le requin va surgir, les personnages eux, ne s’avouent pas vaincus pour autant et continuent à penser que même si le danger rôde bel et bien autour d’eux, ça ne veut pas dire forcément que le grand blanc va les attaquer… Le réalisme de la situation va donc nous sauter à la gorge, car en tant que spectateur on s’attend bien à ce qu’il y ait de l’action sous peu, mais d’autre part on rejoint « l’optimisme » des naufragés car on sait aussi (à force de documentaires) que le requin n’est pas un mangeur d’hommes psychopathe qui attaque tout ce qui bouge. Reste donc à savoir s’il a faim ou s’il est juste curieux…

Evidemment, l’optimisme va vite faire place à une peur primale lorsque le squale décidera de passer à l’attaque, d’abord en allant « titiller » sa proie d’un coup de nageoire avant de fondre sur elle pour « goûter » un des personnages. Ici encore, l’attaque reste très réaliste car le grand blanc ne va pas s’attaquer à sa proie en laissant entrevoir son aileron fondant droit sur le groupe des centaines de mètres à l’avance. Non, l’attaque vient des profondeurs et elle est aussi furtive que ravageuse. Après avoir arraché la jambe du pauvre homme qui se vide peu à peu de son sang sous le regard impuissant de ses amis, la messe est dite : le requin est affamé.

Ici encore, le réalisme va vite prendre le pas et éviter le piège de la surenchère gore, dans la mesure où le pauvre naufragé perdra connaissance avant de se faire happer dans les profondeurs après que ses amis se soient éloignés de lui et de son sang. Et une fois de plus, la mise en scène est sobre (point d’hémoglobine à outrance, de grognements de requins ou d’autres éléments racoleurs) mais sans équivoque. A partir de là, le film va basculer dans une horreur pure car même si l’instinct de survie va régir le groupe (il faut avancer, toujours avancer…), on se demande qui sera la prochaine victime et quand le requin va frapper de nouveau. Ceci étant, les naufragés continuent d’y croire lorsqu’il aperçoivent à quelques encablures l’île salvatrice. Même s’ils sont en état de choc et que la fatigue est belle et bien présente, l’espoir de survie est encore réel. Encore faut-il que le squale soit rassasié et que les autres requins dans les parages ne soient pas eux-mêmes affamés…

Bref, on va s’enfermer petit à petit dans un huis clos de plus en plus étouffant à mesure que l’île se rapproche et que le grand blanc reste à l’affût dans les récifs, pour atteindre un final puissant et accrocheur. A l’arrivée, « The Reef » s’avère être un bon p’tit film sympathique qui a su faire montre d’une bonne dose de réalisme et d’efficacité sans jamais tomber dans le tape-à-l’œil ou la surenchère facile. Le réalisateur a parfaitement maîtrisé son sujet grâce à une histoire simple, des personnages crédibles et un savoir faire indéniable dans les cadrages et prises de vue sous-marines. Après « Black Water« , l’homme tend à s’imposer comme un solide fer de lance des films de genre à tendance « animalière ».

Si « The Reef » ne connaîtra sans doute pas le succès d’un « Jaws » et qu’il souffre d’ores et déjà de sa comparaison avec ‘ »Open Water« , il n’en reste pas moins un film singulier rudement bien foutu !

Dr. Z

Aucun commentaire

  1. flipper le gentil dauphin

    Un très très bon film…
    Le meilleur où l’un des sujet est l’attaque de requins. J’ai pus lire des tonnes et des tonnes de critiques sur des sites comme Allociné, et je peux dire que les 3/4 des gens ne savent pas ce que c’est que l’océan pour la plupart ^^
    A les entendre il faudrait du sang, des cris de partout et des effets spéciaux en veux tu en voilà. Ils n’ont surement jamais lu de récits d’attaques, mais c’est compréhensible aussi…
    Je trouve ce film d’un réalisme saisissant, effrayant et plausible. Vrai.
    D’ailleurs, si je ne m’abuse, il est tiré de faits réels ? On peut comprendre en s’identifiant aux personnage certaines erreurs, et la volonté du réalisateur d’avoir voulu faire vrai.. excellent !

  2. Bonjour, désolé mais ce film n’attire pas la foule car justement ça fait trop documentaire, trop vrai et quand on présente un film dans la catégorie horreur on s’attend à un scénario bien ficelé, soit, à de beaux plans, soit, mais aussi à une réalité presque ignorée, c’est qu’un requin blanc quand il attaque avec ses dents pointues on aimerait voir tout de même ce qui se passe réellement quand il croque ses victimes et là je pense que le requin serait moins gentil que dans le film. Par exemple, la scène ou l’acteur principal retourne au fond du bateau, voir s’il ne trouve pas qqchose à prendre. Sous l’eau, quand il ouvre une armoire, derrière aurait pu se cacher le requin, non? Je ne sais pas, ce requin ne faisait pas peur. Il aurait peut-être mieux value le faire sur ordi et pouvoir le manipuler à bon escient.

  3. Omg ne le prends pas au premier degré mais tu es mon dieu ! Je cherchais un film de requin potable et non aussi illogique que les bons vieux Jaws et ta critique là m’a motivé. Évidemment j’imagine bien que ça ne dégagera pas la même énergie que Deep Blue Sea mais je pense que c’est pas mal de se recadrer dans la « réalité sur les requins ». Il faut dire qu’avec tous ces films de « mangeurs d’homme fou furieux », cet animal a décidément affiché des biens mauvais aspects…

  4. Pour ma part j’ai préféré 100 fois « Open Water », dont ce film est la quasi copie carbone, en beaucoup moins prenant ; le requin, réalisé en images de synthèse, est assez ridicule. La 1ère partie est bien mieux que la seconde.

  5. the reef reste un bon film mais reste peu plausible quant au jeu des acteurs, reste un bon suspens avec un final décevant, dommage mais comment rivaliser face aux dents de la mer qui restera pour encore quelques decennies le film référence. quant à open water ce film est sur la même longueur d’onde que the reef. note : 3/5

  6. the reef est un bon film mais les acteurs restent peu plausibles face à un danger très menaçant et la fin demeure décevante. mieux vaut revoir les dents de la mer qui restera pour encore quelques décennies le film réference en matière de requin. quant à open water il se situe au même niveau que the reef. note : 3/5

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Add to Collection

x

You must be logged in to collect content