Tous les garçons aiment Mandy Lane

Tous les garçons aiment Mandy Lane (2006)

  • Titre original: All the Boys Love Mandy Lane
  • Note
    6/10
    Notez ce film :
    Nul !Très mauvaisMauvaisPas terribleMoyenPas malBonTrès bienExcellentChef d'Oeuvre (3 votes, moyenne 9,33 sur 10)
    Loading...
    Mandy Lane. Belle. Pure et innocente. Une reine lycéenne en attente d'être couronnée. Depuis le début de l'année scolaire, tous les garçons ont cherché à la conquérir. Certains ont même trouvé la mort dans leur quête désespérée de cet ange texan de 16 ans. Chloe et Red invitent Mandy à passer le week-end dans un ranch familial. Pour Mandy, c'est une opportunité de se faire de nouveaux amis. Pour les garçons présents, une chance unique de la côtoyer. Sur la route qui mène au ranch, les travaux d'approche commencent...

    mandylane

    L’histoire : Mandy Lane est d’une beauté incroyable et… tous les garçons l’aiment et la vénèrent! Mais contrairement à l’ensemble de ses copines, Mandy ne se laisse pas séduire par le premier venu. Tous persuadés qu’ils peuvent coucher avec elle, une bande de copains l’invite dans un ranch pour y fêter la fin des classes. Sexe et alcool sont au rendez-vous, tout comme un camarade de classe non désiré qui tente de faire justice à son rejet et mettre la main sur un trophée très convoité… Mandy Lane.

    Ce film est assez voire même très trompeur. Dans les premières minutes, on a l’impression d’avoir à faire à un énième clone de Souviens-toi l’été dernier : un pur slashers pour ados où ils vont faire la fiesta dans une maison de campagne et tout se faire buter.

    All-the-Boys-Love-Mandy-Lane-de-Jonathan-Levine

    Mais dans le ton donné au film, on se rend compte que ça ne sera pas aussi facile que ça. Le scénario est rompu aux lieux communs,  les personnages volontairement stéréotypés essayent d’exister par leurs propres moyens pour prouver qu’ils valent mieux que l’image qu’ils renvoient. ( le black romantique, la blonde torturée, le clown amoureux ..).  Le film reprend ainsi la formule du slasher classique à une ou deux variables près. D’abord les traits les traits du tueur : le jeune adolescent maladroit et sensible n’a rien d’un boogeyman.  Puis l’héroïne : normalement, les films d’horreur portent les noms des bourreaux (Pumpkinhead, The Ghoulies) et non celui de la victime. Or, ce personnage est si bien écrit et si bien joué par Amber Heard qu’il mérite que son nom fasse partie de l’affiche. On comprend aussi à la fin du film la vraie raison de son apparition sur l’affiche. La caractérisation des personnages  peut manquer de profondeur, d’autant que les interprètes prennent un malin plaisir à forcer les traits entre le beau-gosse lourdingue et la copine blonde aux faux airs de Paris Hilton. En fait, ils sont représentatifs d’un échantillon et expriment des frustrations universelles (Mandy Lane symbolise les désirs masculins et féminins). Extrêmement froide, cette jeune fille est au centre des obsessions ; son visage angélique et son regard triste, qui incarne la lucidité face à l’immaturité de ses camarades. Face à ces fantômes qu’elle observe sans jamais céder à la familiarité, elle est la seule à laquelle on s’accroche pendant tout le récit.

    all-the-boys-love-mandy-lane-2006-poster3

    Le film dépasse très vite le cliché du slasher adolescent avec héroïne poumonée et footballeur prêt à se faire dépecer, et il sait vraiment flatter par sa forme le fan du cinéma d’horreur. De plus, le réalisateur ne cherche jamais l’effet macabre à tout prix mais plutôt le choc des affrontements en comparaison avec le choc du mobile. Car au travers de cette bande de jeunes gouvernés par l’alcool, les drogues et les hormones,  Levine nous fait partager une certaine expérience du lycée et de ce qui l’entoure, cette époque nappée d’une  nostalgie mais gangrenée par la peur, l’insécurité. Le décalage fait penser que le film ne s’adresse finalement pas  à un public jeune friand de la surenchère hardcore actuellement en vigueur de Saw mais à un public adulte ayant un peu de vécu pour savourer la force élégiaque de ce regard désenchanté. Il faut donc se méfier de sa naïveté bon enfant.

    En empruntant le chemin d’une fable initiatique, All the boys love Mandy Lane reste léger dans ce qu’il dépeint et cruel dans ce qu’il raconte (la fin d’une période insouciante)

    Aucun commentaire

    1. Ce film m’a énormément déçu. J’avais trouvé la bande annonce très prometteuse et je suis sorti de ce film complètement frustré.

      Je m’attendais à beaucoup plus de morts, bon en soit ce n’est pas un problème majeur mais les meurtres ne sont pas du tout spectaculaires, peut être un peu trop rapides même. Alors, oui peut être attendais-je une surenchère de violence, ce qui me fit d’ailleurs sans doute trouver le film un peu fade, mais, pour reprendre tes mots, « une force élégiaque » et « un regard désenchanté » ne sont pas suffisants pour faire un bon film.

      Ce que je lui reproche tout particulièrement ce sont ses longueurs. Notamment au début, comme tu l’as souligné, on s’attend à un remake de Souviens-toi l’été dernier, l’intrigue met beaucoup trop de temps à s’installer à mon gout et j’ai vite eu envie de de quitter le film.
      Les dialogues eux aussi sont fades, aucuns ne m’a particulièrement marqués alors qu’on serait en droit d’attendre quelques répliques croustillantes non ?

      J’ajoute à cela l’atmosphère du film qui est à mon sens parfaitement bâclée. Je reviens sur la bande annonce qui elle baigne dans une lumière douce, l’aube de mémoire, ceci m’avait vraiment séduit de par les couleurs et le grain de l’image (enfin je ne sais pas si on peut vraiment parler de grain…) mais le film, comble de la déception pour moi, se déroule essentiellement de nuit. Ce n’est d’ailleurs pas du tout pesant, juste pénible, frustrant de ne pouvoir apprécier l’environnement des personnages.

      Bref, et pour terminer sur les personnages, je partage ton avis, mais j’ai un regret vis à vis du gardien du ranch (dont j’ai oublié le nom) qui n’est à mon sens pas assez développé, il est cantonné à un rôle mineur alors que je l’aurais bien vu prendre une place décisive dans le film.

      J’aurais voulu pouvoir appuyer un peu plus mon opinion avec des exemples mais mes souvenirs sont un peu trop vagues.

    2. Merci pour cet avis très argumenté, c’est toujours intéressant et pour moi, et pour les lecteurs ! A bientot !!

    3. CrystalRequiem

      Différent des autres films à la sauce « adolescents un peu nunuche », je n’en suis pas moins sortis déçu !

      Le film commence bien, on ressent le caractère assez particulier de Mandy Lane qui la rend pratiquement intouchable durant le film (psychologiquement parlant c’est ce que j’ai ressentis), les bases du film se posent doucement, et là va savoir pourquoi, le reste du film est … bateau, vraiment, même si tout cela est prétexte à une fin censée être étonnante, c’est quand même un peu abusé quand je vois que certaines personnes crient au génie.

      La fin, parlons-en, bah d’abord c’est la surprise « oh je m’y attendais pas » et puis on s’attend à des explications aux questions sans réponse … bin non, rien du tout, c’est un peu comme ci le réalisateur n’avait pas trouvé de raisonnement logique à tout son film pour en faire une fin cohérente.
      Laisser réfléchir les gens, je veux bien, mais avec une film aussi bâclé et décevant …

      Bref, un film différent malgré tout mais qui laisse une impression de pas fini, et un goût amer au final.

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Add to Collection

    x

    You must be logged in to collect content